Matthieu Gillabert

Les petits scandales du Pavillon suisse à la Cité internationale universitaire de Paris

Depuis sa construction en 1933, la Maison suisse de la Cité internationale universitaire de Paris accueille des étudiants, principalement en provenance de Suisse. Plusieurs d’entre eux participent activement aux mobilisations politiques et culturelles qui agitent les milieux universitaires de la capitale.
En comparant deux affaires d’expulsion de résidents, qui éclatent au début et à la fin des années soixante à l’intérieur de cette maison d’étudiants, l’article souligne l’importance de la médiatisation dans ces moments de tensions. Selon leur position hiérarchique, les acteurs – responsables de la maison et étudiants – utilisent l’espace médiatique ou, au contraire, usent de leur pouvoir pour empêcher le scandale d’éclater. Au cours de la décennie, on observe une évolution dans cette mobilisation médiatique. Dans la première affaire, elle est le fait d’étudiants qui attirent l’attention sur le péril communiste et, dans la seconde où Niklaus Meienberg joue le rôle principal, ce sont les étudiants non-conformistes qui tentent d’agiter l’opinion.

Paru dans: traverse, 2015/3, p. 115.

code & design by eMeidi.com